Recrutement subventionné

Yann Rousselot-Pailley Par Yann Rousselot-Pailley (chroniqueur exclusif)Present Profit

image from identitejuive.com Lors de la conférence de Montréal du International Economic Forum of Americas, Angel Gurria, secrétaire général de l’OCDE mettait en avant un paradoxe. D’un côté les pays développés font face à une grave pénurie de main d’oeuvre qualifiée et de l’autre ils souffrent d’un accroissement du chômage. Ce paradoxe s’explique par plusieurs facteurs, dont la formation, l’immigration, le vieillissement de la population etc. La réponse des États à cette problématique passe de plus en plus souvent par une politique d’immigration choisie, comme celle que pratique le Canada depuis de nombreuses années. Cela nécessite une bonne compréhension des besoins des entreprises locales et d'une adaptabilité constante aux réalités du marché de l'emploi. 

Le Québec et la France viennent de signer un accord via Pôle Emploi pour permettre aux ressortissants des deux pays d’afficher leurs offres d’emplois respectives sur les réseaux de l’autre. Pour la France, l’intérêt est immense. Avec 100 000 travailleurs actifs supplémentaires sur son marché chaque année, la France est loin d’avoir la capacité de créer autant d’emplois. Son taux de chomâge qui dépasse les 9%, frôle même les 24% chez les immigrés. Le Québec représente donc une soupape de sécurité intéressante. Pour le Québec, la question est tout autre. Avec un taux de natalité parmi les plus bas au monde et une forte population de Babyboomers, le Québec a dramatiquement besoin de travailleurs étrangers.

Le principal problème, comme souvent avec l’immigration, reste l’intégration des nouveaux arrivants. Or cette intégration passe avant tout par l’intégration économique. Dépourvu de réseaux sociaux locaux, de diplomes reconnus, ou affublés d’a priori par la population locale, les immigrants doivent trouver des moyens de faire leur place dans la société qui les reçoit.

Pour les y aider, le gouvernement du Québec multiplie les mesures pour faciliter l’intégration des nouveaux arrivants. Kathleen Weil, ministre de l'Immigration et des Communautés Culturelles du Québec, rappelait d'ailleurs plusieurs de ces mesures, lors du Forum Économique Mondial des Amériques auxquel elle participait également. Parmi les mesures d'intégration figurent les subventions et les aides à l’embauche. Seuls les immigrants s’installant au Canada à titre de Résidents Permanents sont admissibles. Les résidents permanents et les canadiens issus de minorités visibles (les français et les autres européens sont considérés comme tels) sont également admissibles.

Étant spécialistes des subventions, et étant au coeur des activités opérationnelles des entreprises innovantes, Present Profit se devait d’apporter une réponse aux entrepreneurs canadiens qui ont une problématique de recrutement. C’est pourquoi nous offrons un service de Recrutement de Personnel Subventionable.

Concrètement, une entreprise innovante ou technologique, ayant un besoin de recrutement nous demande de lui présenter des candidats admissibles à une aide publique à l’embauche immigrants, ou appartenant à une minorité visible. Elle réduit ainsi le fardeau de sa masse salariale durant la période de formation et d'intégration. Pour plus de détails ou pour vous prévaloir de ce service soit en tant que candidats, soit en tant qu’employeurs, visitez notre site web www.presentprofit.com

 

Laissez un avis

Envie d'entreprendre
Logo
Enable registration in settings - general