Les vacances de l’entrepreneur….

Michaeldamiati Par Michael Damiati (chroniqueur exclusif) – Spratley-Conseil Sud Parisien

Ha les vacances !!! Belles périodes, joli mot.

D’ailleurs quelle est son étymologie ?

Ce nom vient de vacant, du latin vacans, participe passé du verbe vacare :

– être inoccupé, oisif (avoir du temps libre) : Lorsque l’on est salarié, cette définition s’applique parfaitement !

En revanche en tant qu’entrepreneur, la saison estivale est plus difficile à vivre.

D’abord parce que l’activité (hors saisonnière) a tendance a décroitre, même si avec les nouveaux rythmes de travail, la règle peut parfois varier…

Il n’empêche qu’on a moins de boulot, même si les charges restent les mêmes.

Alors que faire ?

Tout d'abord, profiter de ces moments pour se reposer et profiter de bons moments… En tout cas essayer.

En parallèle ou après en fonction de chacun,

S’informer : que c’est il passé pendant cette période, étrangement vous avez beaucoup de nouveauté, de décrets, de lois, qui sont votées ou entre en vigueur, durant cette période « allégée »

Anticiper, c'est-à-dire se mettre un plan d’action efficace et opérationnelle dès les premiers jours de la rentrée.

Appliquer : Un peu comme les bonnes résolutions de début d’année, réfléchir, c’est bien, agir c’est mieux !!!

Cette réflexion, nous l’avons tous, mais combien l’applique réellement, et encore plus pour les entrepreneurs, pour qui ça n’a pas changé depuis la rentrée ne sont toujours pas plus aidés

J’ai lu un article fort intéressant sur la procrastination

La quoi ? Ce mot barbare qui je l’avoue m’étais inconnue

Vous arrive-t-il souvent de remettre au lendemain une tâche que vous vous étiez promis de faire le jour même ? Avez-vous tendance à attendre le dernier moment pour commencer la rédaction de votre rapport ou vos actions ?

Vous retrouvez-vous systématiquement à payer 10 % de pénalités parce que vous n’avez pas renvoyé votre déclaration fiscale à temps ?

Si vous avez répondu oui aux questions précédentes, alors vous souffrez d’une tendance à la procrastination.


La procrastination peut toucher tous les domaines de la vie. Certains procrastinent lorsqu’il s’agit d’accomplir des tâches ménagères tandis que pour l’entrepreneur la procrastination peut concerner les tâches administratives ou même tout simplement la prise de décisions …

Vous l’aurez compris, tout le monde procrastine plus ou moins…Cela n’a parfois pas de conséquences notables. Mais lorsque cela peut aller jusqu’à nous empêcher de prendre certaines décisions, menacer notre business … cela devient un véritable handicap.

A la lecture de l’article, je me suis demandé si ce n’était pas ma femme qui l’avait écrit temps les exemples entaient criants de vérité.

Il m’est en exergue d’avoir des objectifs (ce qui parait évident, mais nous le savons bien en réalité l’est parfois moins…) au travers d’une méthodologie nommée SMART.

SMART explique que ces objectifs doivent être :

– Spécifique : Avoir une vision la plus précise pour ne pas perdre de temps en s’égarant

– Mesurables : quel CA dans combien de temps par exemple, ou alors combien de recrutement d’ici 1 an ???

– Atteignable : Être en phase avec ses moyens et son potentiel

– Réalisable : Eh oui même si regarde Docteur House, je me vois mal en salle de consultation, pas de place a l’improvisation, en revanche, oui a la formation ( si j’ai de la patience et du talent dans 7 ans je pourrais peut être enfilé une blouse blanche…)

– Temporairement définis : La limite de temps est nécessaire pour se projeter et avoir si ce n’est un but, au moins un garde fou, car malheureusement dans l’aventure de l’entreprise on peut passer sa vie à courir sans atteindre son but.

Il est bien de  mettre une limite à cette course…Si l’aventure marche, et bien on continue, et si cela ne fonctionne pas, et bien un moment on s’arrête.

Cette méthodologie permet d’y voir parfois plus clair, alors à bientôt le fare niente, nous avons rendez-vous avec le  SMART

Laissez un avis

Envie d'entreprendre
Logo
Enable registration in settings - general